top of page
Rechercher
  • Parc des Volcans d'Auvergne

Des actions en faveur des milieux aquatiques menées sur le Parc des Volcans d'Auvergne

En lien avec les propriétaires et gestionnaires, l’équipe technique du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne a installé en 3 ans 32 abreuvoirs et franchissements des cours d’eau chez 11 agriculteurs du Parc. En dialoguant avec les agriculteurs, les agents ont développé des solutions techniques adaptées à chaque type de situation. Des aménagements gagnant-gagnant pour les troupeaux, pour la qualité de l’eau et la préservation des milieux naturels. Fort de ce succès, le Parc mobilise des financements pour permettre l’installation de 58 nouveaux aménagements.

Elodie Mardiné, chargée de mission eau et agroenvironnement au Syndicat mixte du Parc
Dans l'émission H2O de France bleu Pays d'Auvergne du vendredi 27 janvier, Elodie Mardiné, chargée de mission eau et agroenvironnement au Syndicat mixte du Parc a présenté ces démarches menées par la structure de gestion du Parc résumées ci-après.

Pourquoi proposer ces aménagements ?

"Avoir de l’eau pour abreuver les bêtes quand elles pâturent dans les prairies, c’est une richesse ! Historiquement, les vaches ont toujours bu dans les ruisseaux, mais avec l’agrandissement des fermes, les troupeaux sont plus importants et beaucoup de vaches arrivent en même temps pour boire dans un secteur restreint. Du coup, les berges sont piétinées, ce qui les érode et fait même perdre des surfaces de pré.


Par ailleurs, les vaches, dès qu’elles ont les pieds dans l’eau, elles "bousent" dedans, dégradant alors la qualité de l’eau. L'impact sur le ruisseau et pour tous les organismes qui y vivent est alors direct. De plus, avec le changement climatique, les débits des rivières diminuent fortement l’été et la moindre dégradation de l’eau de ce type a des effets très importants sur des poissons qui sont déjà en difficulté. Par ailleurs, plus en aval du ruisseau, il y a d’autres bêtes qui vont aussi boire cette eau. Or, les vaches boivent environ 70 l d’eau par jour, donc si la qualité est dégradée, cela joue sur leur santé.

L'objectif du Parc est donc que les bêtes puissent profiter de cette eau essentielle, mais tout en préservant sa qualité.

Pour cela, nous proposons et aidons à l’aménagement de points d’abreuvement stabilisés, à l’écart du ruisseau si possible. Les bêtes boivent ainsi une eau propre et facilement accessible ; par ailleurs, on leur bloque l’accès au ruisseau pour qu’il ne soit plus dégradé. Et si celui-ci traverse le pré, nous envisageons alors des solutions pour permettre aux animaux de le traverser sans le dégrader. Dans le Parc des Volcans d’Auvergne, où les ruisseaux et prairies pâturées par les bêtes sont fréquents, ce type d’aménagements est très efficace pour préserver la qualité de l’eau et cela profite réellement à la gestion des bêtes par les agriculteurs.


Quels types d’aménagements sont concrètement réalisés ?

Aménagement d’un abreuvement gravitaire © E-Mardiné SMPNRVA

"Pour l'installation d'abreuvoirs, nous disposons de plusieurs techniques différentes de façon à s’adapter à la morphologie de la parcelle ; en effet, cela dépend de la provenance de l’eau : elle peut provenir d’une zone humide située en haut de la parcelle, ou d'un ruisseau qui coule peut-être en contre bas ; il est parfois également nécessaire de prendre en compte une forte pente...


Un autre paramètre important dans la calibrage de l'installation est le type d’animaux qui en sera bénéficiaire : vaches, veaux, chevaux, brebis… Enfin, le Syndicat mixte du Parc s'adapte évidemment aux souhaits des agriculteurs en termes de gestion.

Le système que le Syndicat mixte du Parc installe le plus souvent est dit « gravitaire ».

C’est un équipement relativement simple : on capte l’eau le plus haut possible sur la parcelle (au niveau d’une source ou d’un ruisseau), puis on dirige ensuite cette eau dans un tuyau avec le seul effet de la gravité de façon à l’amener dans un bac placé sur une zone sèche, plane et accessible pour les animaux. Celui-ci est équipé d'un flotteur (comme dans une chasse d’eau !), seul le volume nécessaire pour remplir le bac est prélevé, ça évite d’en prendre trop et que le bac ne déborde.

En parallèle, on installe une clôture autour de la zone de source (souvent humide) ou sur les berges du ruisseau pour éviter les dégradations précédemment évoquées.

Pour traverser les cours d’eau, on peut installer des passerelles.

Comme nous lorsque nous faisons des randonnées, les bêtes apprécient de pouvoir aller d’un côté et de l’autre sans passer dans l’eau !".


Comment sont accompagnés les agriculteurs ?

Sur le Parc des Volcans d’Auvergne, le syndicat mixte accompagne les agriculteurs pour développer ces aménagements.

  • Christophe et Laurent, nos 2 agents du service technique, élaborent le projet avec l’agriculteur en le faisant bénéficier de leur expérience et en prenant en compte ses demandes.

Abreuvoir installé dans le cadre du Contrat Territorial des Sources de la Dordogne Sancy Artense © SMPNRVA

Au fur et à mesure des projets, ils améliorent le système et maintenant ils proposent une solution avec la protection du système d’arrivée d’eau pour éviter que les bêtes ne dégradent la partie « plomberie » quand elles vont boire ou qu’elles se grattent. Par ailleurs, ils réalisent une stabilisation des alentours pour éviter que le sol ne s’érode.

  • Sur un plan plus administratif, nous sollicitons les autorisations par rapport à la règlementation et mobilisons des financements de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de l’Europe, des Agences de l’eau et des Départements du Cantal et du Puy-de-Dôme, notamment pour l’achat des matériaux.

Cette organisation a permis au Syndicat mixte du Parc des Volcans d’Auvergne d’aménager 32 abreuvoirs et franchissements des cours d’eau, chez 11 agriculteurs en 3 ans. Et comme le succès est au rendez-vous, nous venons de solliciter des financements supplémentaires pour 58 nouveaux projets.

Nous aidons également tous les projets d’amélioration de la qualité de l’eau portés par nos partenaires, comme les communautés de communes et les syndicats. L'important est de faire connaître ces dispositifs et de multiplier les réalisations dans l’intérêt de tous".


Podcast

Retrouvons l'interview d'Elodie Mardiné dans son intégralité lors de son interview par Christophe Noiseux, Animateur sur France Bleu Pays d'Auvergne.




Contact

Elodie Mardiné

Chargée de mission Eau et agro-environnement au Syndicat mixte du Parc

04 73 65 64 11 I emardine@parcdesvolcans.fr


Comments


  • Facebook parcvolcans
  • Instagram parcvolcans
  • Tripadvisor
  • You tube
  • Dailymotion
  • Wikipedia logo
bottom of page